Les Annales de Lü Buwei / Traduit par John Knoblock et Jeffrey Riegel

Il s’agit de la première traduction anglaise complète de Lüshi chunqiu, compilée en 239 av.j.-c. sous le patronage de Lü Buwei, premier ministre du souverain de l’État de Qin, qui allait devenir le premier empereur d’une Chine nouvellement unifiée quinze ans plus tard. Lü a retenu un groupe d’érudits dont le but était d’englober les connaissances du monde dans une grande encyclopédie; Lü était tellement ravi du travail terminé qu’il aurait offert un fabuleux prix d’or à quiconque pouvait ajouter ou soustraire un seul mot.

Recueil exceptionnellement riche et complet, Les Annales de Lü Buwei racontent dans une prose engageante, simple et lisible la grande variété de croyances et de coutumes de son temps. L’œuvre est l’un des grands monuments de la pensée chinoise, une œuvre d’originalité et de cohésion, inspirée par une vision d’un empire universel gouverné par des principes qui assuraient l’harmonie entre l’homme et la nature, protectrice de la vie humaine et animale, consacrée à l’apprentissage et à la culture, pratiquant la bienveillance et la gentillesse, et motivée par la raison et la moralité.

En plus de révéler un état avancé des connaissances techniques, les Annales exposent une philosophie de gouvernement adaptée au contrôle centralisé que l’État Qin établirait par la suite. Il a également pris en compte toutes les tendances philosophiques de l’époque, adaptant parfois des thèmes, combinant parfois des idées qui n’avaient pas été associées auparavant, rejetant et réfutant parfois des positions en conflit avec sa vision de base. Parce que Lü visait l’exhaustivité, son travail a conservé un certain nombre de systèmes de pensée qui sont autrement inconnus ou à peine connus. Les Annales constituent ainsi un outil essentiel pour quiconque cherche à reconstituer les controverses philosophiques du IIIe siècle av.j.-c. Dans le même temps, le recueil de Lü proclame ses positions philosophiques indépendantes et très originales. Aujourd’hui, avec la plupart des œuvres de la philosophie chinoise classique perdues depuis longtemps, Les Annales de Lü Buwei restent indispensables en tant que somme du monde intellectuel chinois de son temps.